Comment bien choisir son casque ?

Comment bien choisir son casque ?

Avant de prendre la route pour de longues virées estivales, pensez à faire le point sur votre casque. Cet équipement indispensable à votre sécurité vous protège-t-il vraiment bien ?

Checklist des points à vérifier

1- Le respect des normes de sécurité : un casque de moto doit être homologué et porter l’estampille verte NF (norme française) ou blanche (norme européenne).

2- La durée de vie du casque : il dépend de son âge et de son état. Si votre casque a plus de 5 ans ou qu’il a subi un choc lors d’une chute (chute à moto ou chute du casque qui est tombé d’une table par exemple) ou d’un accident, il faut envisager d’en changer.

3- Le type de casque : aucune règle même s’il vaut mieux privilégier un casque intégral qui protège mieux le visage. Vous pouvez aussi opter pour un casque modulable ; les modèles proposés aujourd’hui sont fiables et performants.

4- La taille : mesurez la circonférence de votre crâne avant de choisir votre casque. Les mensurations sont données en centimètres, de 54 à 60. Le mieux reste quand même d’essayer différents modèles et marques de casques.

Le confort est très important aussi !

5- Le confort : très important, vous devez vous sentir bien dedans ! Il ne doit pas compresser les oreilles, le nez ou le menton. La jugulaire (qu’il est obligatoire de fermer) doit bien tenir sur le menton sans le blesser. La calotte doit bien envelopper tout le pourtour du crâne, sans le compresser. Ceci dit, il vaut mieux que le casque vous serre un peu, plutôt que pas assez. Si vous vous sentez un peu à l’étroit dedans lors de l’essai, c’est normal pour un casque neuf. La garniture se tassera à l’usage. En revanche, il ne doit pas basculer d’avant en arrière, ni pivoter facilement sur votre tête.

6- Le prix : votre sécurité est primordiale, n’hésitez pas à prévoir un budget suffisant pour pouvoir investir dans un bon casque! Le prix dépend de plusieurs éléments :
– la qualité des mousses (qui  joue sur la durée de vie),
– le type de matériaux utilisés (plus ou moins solides en cas de choc),
– le poids (un point qu’il ne faut négliger car il a une incidence directe sur la fatigue physique du pilote),
– l’insonorisation (qui joue également sur la fatigue lors de longs trajets).
Il faut compter environ 200€ pour un casque entrée de gamme.

Pensez enfin à prendre des lingettes pour nettoyer la visière du casque, qui peut être tapissée de moucherons, gênant la visibilité.

Le petit plus : la visière antibuée (appelée « pinlock ») est un élément de confort et de sécurité appréciable !
Il existe également des visières teintées ; elles sont très pratiques la journée, car elles évitent le port de lunettes de soleil pouvant faire mal au niveau des oreilles ou sur le côté de la tête, mais pas du tout adaptées à la nuit, obligeant donc à avoir une seconde visière dans les bagages…
De nouveaux systèmes « 2 en 1 » sont maintenant en vente :
– la visière photochromique (automatique comme les lunettes de vues qui se teintent selon la luminosité).
– la visière qui se teinte via une pression sur un bouton.

© jackfrog – Fotolia.com

< Article précédent :
> Article suivant :