La conduite par mauvais temps : adaptez votre conduite

La conduite par mauvais temps : adaptez votre conduite

Pluie, vent ou encore routes verglacées sont des aléas climatiques bien connus des automobilistes. Pour apprendre à dompter les éléments et adopter une bonne conduite par mauvais temps, quelques conseils sont évidemment les bienvenus.

Une question d’équipements

Principal danger lors de la conduite sur une route détrempée, le phénomène d’aquaplaning peut tout de même être réduit au maximum grâce à l’équipement de votre véhicule avec des pneumatiques en excellent état.

Pour bien choisir votre monte, il est important de comprendre ce qu’est vraiment le phénomène d’aquaplaning : il s’agit de la formation d’une pellicule d’eau entre la route et le pneu, pouvant faire perdre toute adhérence à celui-ci.

Deux facteurs entrent alors en jeu : la qualité de vos pneumatiques (et notamment la profondeur des rainures et donc le niveau d’usure), ainsi que votre vitesse.

Une bonne visibilité

La visibilité est gage de confiance et d’anticipation. Pour cela, il est nécessaire d’avoir un pare-brise en bon état et propre. Ainsi, portez une attention toute particulière à vos balais essuie-glaces. : Ils doivent être changés une fois par an et nettoyés de manière régulière, simplement à l’aide d’un chiffon, pour conserver toute leur efficacité. Pour vérifier leur état général, veillez simplement à ce qu’ils ne soient pas rigides, indication de leur vétusté.

Le brouillard : cet ennemi mal connu

En cas de fortes pluies ou de brouillard, un seul réflexe à adopter : les feux de brouillard. L’utilisation de vos plein phares dans de telles conditions de conduite ne ferait que créer un épais nuage de fumée, réduisant ainsi fortement votre visibilité au volant.
Enfin, dernier conseil et sans doute le plus sage : n’oubliez pas d’adapter votre vitesse aux phénomènes météorologiques !

< Article précédent :
> Article suivant :