Quels sont les différents types de motos ?

Quels sont les différents types de motos ?

Le marché moto évolue sans cesse et peut parfois dérouter les motards qui en viennent à avoir du mal à différencier les différents types de modèles. Nous vous proposons de faire le point sur les grandes catégories de moto, et leur utilisation.

Les roadsters

Le roadster moderne est né au début des années 1990 sur la base d’un concept simple : dépouiller au maximum la moto pour montrer son moteur, diminuer le poids et renforcer son agressivité. Aujourd’hui, les roadsters constituent la très grande majorité des ventes. Qu’ils soient dérivés de modèles sportifs, débarrassés de leurs carénages et dotés d’un grand guidon, ou créés de toutes pièces, les roadsters sont très appréciés des amateurs de sensations fortes pour qui la protection n’est pas une priorité. Il en existe de toutes les puissances, dans tous les prix et dans tous les gammes des constructeurs.

Les routières

Les motos qualifiées de routières (ou encore “GT”) sont souvent des grosses cylindrées dotées d’un équipement complet (poignées et sièges chauffants, bulle réglable, suspensions adaptables etc.) et assurant la meilleure protection grâce à ses carénages et son pare-brise. Ce sont les motos les plus confortables, offrant une assise moelleuse et favorisant le transport d’un passager. Beaucoup plus lourdes, ces motos ne sont pas forcément destinées à un débutant, même si encore, une fois, il existe plusieurs “paliers” dans les gammes actuelles.

Les cross

Légères et maniables, les motos “cross” nous viennent directement des années 1970 et des prémices de la moto “verte”. Dotées de suspensions avec un très grand débattement, elles doivent supporter de grosses mises en contraintes pour pouvoir évoluer en milieu accidenté. Peu adaptées à un usage quotidien (protection nulle, faible autonomie, selle raide, pneus au profil tout terrain), elles peuvent également être équipées de pneus routiers pour devenir des “supermotards”.

Les trails

Ils ont connu un grand succès dans les années 1980 à la faveur des exploits vécus par les pilotes de rallye raid. Les trails sont issus de motos “cross” qui ont été retravaillées pour offrir un meilleur agrément sur route. Ils ont ainsi conservé les suspensions à grand débattement pour le confort, auxquelles a été rajoutée une selle plus accueillante, un réservoir plus grand et des pneumatiques au profil mixte entre terre et bitume. La catégorie s’est aujourd’hui franchement radicalisée, offrant des performances plus en plus proches des roadsters.

Les sportives

Dotées d’un carénage enveloppant et d’un guidon type “bracelet”, ce sont les motos les plus puissantes, les plus chères, facilitant la vitesse et la prise d’angle. Dérivées des machines de compétition, les sportives modernes offrent un ratio puissance/poids extrêmement faible, et embarquent de plus en pus d’aides électroniques (assistance au freinage, antipatinage etc.). Jusqu’à peu, on distinguait la catégorie “supersport” ou 600 cm3, des “hypersports” à partir de 1000 cm3. Aujourd’hui, il existe davantage de modèles intermédiaires et les puissances se sont envolées.

Les customs

Ce sont des motos basses de selle, dotées d’un gros moteur à l’architecture typique, majoritairement un bicylindre, et destinées à rouler en profitant d’un important couple moteur favorisant les relances plutôt que de puissance pure. Moins pratiques et confortables que les routières, les customs jouent la carte de la forte personnalité et sont souvent associées à l’image du “biker” américain.

(c) Fotolia

< Article précédent :
> Article suivant :