L’entretien basique pour prendre soin de son scooter

L’entretien basique pour prendre soin de son scooter

Parce qu’il est souvent considéré comme un utilitaire, avec une côte d’amour moindre que pour une moto, un scooter est parfois moins bien entretenu. Alors qu’il suffit de quelques bons réflexes pour en prendre soin via un entretien basique !

L’achat d’un scooter, de 125 cm3 ou plus, répond bien souvent à un besoin utilitaire. Plus protecteur et souvent plus confortable qu’une moto, un scooter rend bien des services au quotidien. Se rendre à son travail sans avoir besoin de chausser bottes et cuir de moto est ainsi bien pratique, sans compter la place offerte à bord grâce aux coffres sous la selle et autres accessoires type top-case pour transporter son ordinateur professionnel. Acheté dans le but d’abattre des kilomètres peu intéressants, souvent parqué à l’extérieur sans réelle protection, votre scooter subit les outrages du temps à répétition et, sans entretien, pourrait rapidement connaître quelques ennuis, tant mécaniques qu’esthétiques. Pourtant, quelques bons réflexes permettent de lui garantir une durée de vie optimale.

Entretien basique : les points à surveiller

Tout d’abord et c’est une évidence qu’il vaut mieux répéter, le bon fonctionnement d’un scooter passe par un respect normal des phases d’entretien. Pour cela, le mieux est de respecter les recommandations du carnet d’entretien. Les intervalles de révision alternent, comme pour les motos, entre “grosses révisions” et révisions “intermédiaires”. Pour vous y retrouver, gardez bien vos factures d’entretien car elles font apparaître le kilométrage auquel a été effectué la révision. Les organes sensibles d’un scooter, qu’il convient de surveiller particulièrement, sont les freins, les pneus, la courroie de transmission (si votre modèle en est doté) et le niveau d’huile. Le système de freinage est à surveiller régulièrement, surtout si vous faites beaucoup de ville : sans frein moteur, vos plaquettes sont plus sollicitées que celles d’une moto. De la même façon, l’usage utilitaire d’un scooter tend à se répercuter sur les pneumatiques qui peuvent s’user de manière particulière en formant un “plat”, ce qui est nuisible à la précision de conduite. Enfin, les intervalles de remplacement de la courroie de transmission sont à surveiller car elle aussi est fortement sollicitée par votre scooter dotée d’une transmission automatique. Dernier point sur lequel garder un oeil, le niveau d’huile : référez-vous à votre manuel pour savoir comment le vérifier, mais prenez le temps de le faire tous les 1 500 km environ car le réservoir d’huile d’un scooter est souvent d’à peine 1 litre. Tout niveau trop faible pouvant alors se transformer en catastrophe !

< Article précédent :
> Article suivant :