Le parallélisme d’une voiture, c’est-à-dire ?

Le parallélisme d’une voiture, c’est-à-dire ?

Lors d’un contrôle sur votre véhicule, votre garagiste vous a indiqué que votre voiture présentait un défaut de parallélisme ? Voici les possibles causes, les conséquences et comment détecter un défaut de parallélisme.

Le défaut de parallélisme, c’est quoi ?

Le parallélisme d’un véhicule concerne l’axe des roues entre elles, et des roues avec la route. Il ne faut donc pas le confondre avec la géométrie qui désigne les caractéristiques du système de liaison entre la roue du véhicule et la partie suspendue appelée la caisse.

Un défaut de parallélisme est caractérisé dès lors que les roues ne sont parallèles entre elles et ne sont pas perpendiculaires à la route. Il peut donc y avoir deux types de parallélisme :

  • L’ouverture, c’est-à-dire lorsque les deux roues tendent vers l’extérieur du véhicule
  • Le pincement qui désigne quant à lui deux roues tournées vers l’intérieur du véhicule

Les causes d’un défaut de parallélisme

Un défaut de parallélisme d’un véhicule fait souvent suite à un choc subi par les roues de votre véhicule, comme par exemple la montée d’un trottoir de manière brusque, le passage sur un nid de poule ou encore à la suite d’une collision de votre véhicule.  

Les conséquences d’un défaut de parallélisme

Outre une rapide usure de vos pneumatiques et une augmentation de la consommation moyenne de votre voiture, un défaut de parallélisme a aussi des conséquences directes sur la sécurité de votre véhicule. Cela entraîne notamment une mauvaise tenue de route et une trajectoire modifiée.

Mon véhicule a un défaut de parallélisme ?

Pour savoir si votre véhicule présente un défaut de parallélisme, sans correction de votre part sur le volant, la trajectoire de votre véhicule ne doit pas être entraînée sur un côté ou l’autre. Si votre trajectoire a tendance à quitter sa trajectoire en ligne droite, faites alors vérifier votre parallélisme.

< Article précédent :
> Article suivant :