Nouvelle limitation à 80 km/h : concrètement, ça change quoi ?

Nouvelle limitation à 80 km/h : concrètement, ça change quoi ?

Depuis le 1er juillet 2018, la vitesse maximale sur les routes nationales sans séparateur central est passée de 90 à 80 Km/h. Cela concerne près de 2 000 km de routes en France. La mesure, souvent contestée, génère de nombreuses idées fausses. Si on faisait le point ?

Idée reçue numéro 1 : « S’il n’y a pas de panneau « 80 » sur le bord de la chaussée et que je suis flashé par un radar automatique, je ne suis pas tenu de payer l’amende »

La mesure est claire : les routes à double sens sans séparateur central, hors agglomération, sont désormais limitées à 80 km/h.

Dès le 1er juillet 2018, tous les panneaux « 90 » avaient été démontés sur les routes concernées. Et ils ont rarement été remplacés par des panneaux « 80 », faute de temps. Mais attention : nul n’est censé ignorer la loi… ou le Code de la Route. De nombreux automobilistes ont pu le constater à leurs dépens, puisque depuis l’entrée en vigueur de la limitation, les radars, reparamétrés, flashent 2 à 3 fois plus souvent. Et les automobilistes reçoivent, et doivent payer, leur amende.

Idée reçue numéro 2 : « La mesure va être invalidée par le Conseil d’Etat, on va revenir aux 90 km/h »

Lors de l’entrée en application de la nouvelle limitation, une requête a été déposée par 57 députés, contestant sa légalité. Mais le 25 juillet, le juge des référés du Conseil d’Etat a refusé de suspendre le décret d’application, jugeant qu’il n’y avait pas urgence à statuer. La légalité du décret sera donc examinée ultérieurement. Cette décision ne préjuge en aucun cas de la décision finale, mais pour l’instant, la mesure est appliquée.

Idée reçue numéro 3 : « Réduire de 10 km/h, ça ne change rien »

Les avis divergent sur l’impact concret de la réduction de vitesse en matière de sécurité. Mais une chose est sûre : rouler moins vite réduit la quantité de polluants émis par les véhicules, et en particulier le CO2. D’ailleurs lors des pics de pollution, un abaissement de la vitesse autorisée est systématiquement appliqué à Paris.

En revanche rassurez-vous : vous n’allez pas consacrer beaucoup plus de temps à vos trajets quotidiens. Sur une distance de 30 km par exemple, vous ne “perdrez” que 2 minutes ½ en roulant à 80 km/h au lieu de 90.

Alors en fin de compte, l’abaissement de la vitesse autorisée est au moins une bonne façon de réduire votre impact environnemental, sans réduire votre temps de sommeil.

Idée reçue numéro 4 : « Avec cette mesure, nous allons payer plus d’amendes et perdre plus de points sur notre permis »

Les sanctions en cas d’infraction restent inchangées : amendes, points perdus, suspensions de permis voire confiscation du véhicule dans les cas graves…

Bien sûr, si vous continuez à rouler à 90 km/h, cela peut coûter cher. Alors levez le pied, rappelez-vous que c’est bon pour votre sécurité et pour l’environnement. Et appréciez le trajet !

< Article précédent :
> Article suivant :