Votre vêtement moto : cuir ou textile ?

Votre vêtement moto : cuir ou textile ?

Entre cuir et textile votre coeur de motard balance ? À l’approche des beaux jours, peut-on garder son équipement de cuir sans mourir de chaud ? Ou doit-on opter pour une tenue plus légère mais tout aussi protectrice ? Voici quelques arguments qui devraient vous aider à trancher !

LE CUIR SANS HÉSITATION

Noir, mystérieux, élégant… Dans l’inconscient collectif, le cuir est l’apanage du motard (dur à cuir !).

Les plus : le cuir est indémodable et ses capacités de protection sont bien réelles, notamment au niveau de l’abrasion en cas de chute. Et il ne faut pas oublier les protections (épaules, dos, coudes, hanches et genoux) qui doivent répondre aux normes CE. Un cuir vieillit mieux que le textile, se montre plus résistant aux chutes et peut être réparé par des artisans. En prime, lors de la saison hivernale, le cuir isole mieux du froid.
Les moins : quelle que soit l’origine du cuir – la chèvre, le kangourou, le porc ou la vachette – et la qualité – pleine fleur, fleur corrigée ou croûte -, le cuir réclame un entretien régulier pour conserver sa souplesse. Si la robustesse et le look font partie de ses atouts, il demande un traitement imperméabilisant pour résister à l’humidité et le prix de vente est généralement plus élevé.

LE TEXTILE, PLUS TECHNIQUE, PLUS LÉGER

Plus technique et moderne, le textile possède d’indéniables côtés pratiques.

Les plus : la polyvalence, l’absence d’entretien et le confort jouent en sa faveur. Un seul vêtement peut à la fois protéger efficacement du vent, de la pluie, du froid et des chocs. Le textile offre de surcroît une plus grande liberté aux stylistes dans l’élaboration des coupes pour convenir à un usage passe-partout. Le textile est aussi un vêtement plus léger à l’approche de l’été et beaucoup de modèles permettent un usage été comme hiver en ôtant certains couches amovibles.

Les moins : notez toutefois que les modèles faisant appel aux matières très sophistiquées (doublures isolantes, respirantes…), sont facturées, comme le cuir, au prix fort. Après une chute, les textiles sont rapidement jetés, malgré leur coût.

Il s’agit de déterminer quels sont vos réels besoins en matière d’équipement :courtes ou moyennes distances ? Polyvalence ou usage bien précis ? Il existe des modèles adaptés pour chacun des motards, à vous de faire le tri !

(c) Fotolia

< Article précédent :
> Article suivant :